La ville ancienne de la richesse

-Annie Bowers

Exactement à vingt heures sept, le quatre octobre 2018, la pesanteur s’est combinée parfaitement avec la portance, la poussée, et la traînée pour me permettre de voler. En avion, il est possible de voir le relief comme des oiseaux, mais après ça, la vue du passager dépasse cela des oiseaux, alors qu’il voit l’intérieur des nuages, et finalement il va sortir des nuages et se confronter au soleil. C’était comme ça que j’ai regardé le coucher du soleil supérieur à celui des oiseaux.  L’avion a attiré à Izmir, Turquie sans encombre, et j’ai débarqué trente minutes après minuit. Le jeune homme qui était le propriétaire de ma chambre d’hôtes a proposé de m’aller chercher à l’aéroport. C’est un architecte d’intérieur qui a fini son diplôme ce mai. C’était pendant notre conversation que j’ai appris que seulement dix-sept pour cents des turcs parlent anglais, même à un niveau élémentaire. Donc, évidemment, pendant mon séjour j’ai employé une abondance de gestes de la main pour communiquer, surtout grâce au fait que je n’avais pas du réseau sur mon portable pour appeler mes amies là, envoyer des textos, ou chercher des directions en ligne.

Izmir est une très bonne ville, moderne et sur la mer Égée, mais la raison principale pour ma visite en Turquie était de visiter le site ancien d’Éphèse, une des plus importantes villes grecques de l’Ionie. J’ai passé la visite d’Éphèse avec une amie que je me suis fait en Grèce cet été. Curieusement, elle était la prof de mon cours sur les philosophes de la Grèce ancienne, mais maintenant nous sommes devenues amies. Georgia est grecque, mais elle a obtenu son master en Allemagne et son doctorat en Virginie. Sur la navette à Éphèse, nous avons lu ensemble une  petite guide historique et géographique de la ville, mais bien sûr, elle connaissait beaucoup de l’histoire de la région déjà. Une ville portuaire de la Grèce classique, et un lieu de pèlerinage dédié à Artémis, Éphèse était très riche. Le temple d’Artémis là était une des Sept Merveilles du monde ancien, bien qu’il reste en seulement une colonne. Après avoir été occupée par l’Empire Romain, les Goths ont détruit la ville au troisième siècle apr. J.-C.. Grâce à la sédimentation du fleuve Menderes, aujourd’hui les vestiges d’Éphèse sont près de sept kilomètres à l’intérieur des terres, avec une grande route et quelques montagnes entre le site et la mer. C’était un site vraiment impressionnant !